L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Ven. 13 juil. 2018 - La FINRA annonce des volumes records d'activité du marché américain pour les six premiers mois de 2018

Partagez
Noter cette article :

L'Autorité de régulation financière des Etats-UNIS  (FINRA ) a constaté un volume d'activité sans précédent sur les six premiers mois de 2018, avec une moyenne de 57,9 milliards de connexions électroniques quotidiennes sur la période, soit une augmentation de 62% par rapport au volume quotidien moyen en 2017.

La FINRA signale que le développement de sa stratégie pionnière sur le cloud a permis de gérer ces volumes records tout en exerçant une vigoureuse surveillance sur la négociation des titres. 

La FINRA note également que cette année a connu une volatilité record avec des piques plus de 100 milliards de messages électroniques quotidiens. Elle rappelle également que l'activité sur les négociations de marché d'actions, d'options et de titres à revenus fixes crée une variété de dossiers électroniques que la FINRA surveille à des fins règlementaires. Elle reçoit des données et les échanges de 41000 produits d'investissement de 17 bourses de valeurs, plus de 60 systèmes de négociation alternatifs et près de 1400 sociétés de courtage. Le personnel de la FINRA traite ces données reçues dans toutes sortes de format pour lles unifier et créer une réalité virtuelle unique du marché pour n'importe quel ritre donné. 

 
 

Télécharger le document

Lien de secours

Jeu. 12 juil. 2018 - La SEC inculpe deux individus pour avoir lancé une fausse OPA pour faire grimper les cours d'une société

Partagez
Noter cette article :

La Securities and Exchange Commisson (SEC) vient d'inculper pour fraude un nouvel accusé dans le cadre d'une escroquerie visant à manipuler le prix des titres  de la société Fitbit au moyen de faux dépôts réglementaires.

Selon la plainte de la SEC, l'accusé a acheté des options d'achat Fibit quelques minutes avant que lui et son complice, déposent une fausse offre d'achat sur le système Edgar de la SEC visant à acquérir des actions Fibit avec une prime substantielle. La SEC rappelle que le deuxième inculpé  a déjà été condamné à une peine de prison pour une autre affaire criminelle.

La fausse offre d'achat a été faite au nom d'ABM Capital Ltd, une société inexistante pour laquelle les accusés ont crée un compte Edgar. Le cours de l'action Fibit a temporairement grimpé lorsque l'offre publique d'achat a été rendue publique le 10 novembre 2016. et l'inculpé a vendu toutes ses actions avec une hausse de 350% pour une plus valu de 13.000 euros. La plainte de la SEC, inculpe donc les accusés pour viol des dispositions anti-fraudes des lois fédérales  sur les valeurs mobilières. 

Télécharger le document

Mer. 11 juil. 2018 - la Fed donne son accord pour que la banque britannique Llyods Bank Corporate Market installe une filiale à New-York

Partagez
Noter cette article :

La Réserve Fédérale (Fed) vient d'annoncer qu'elle avait donné son approbation a la demande déposée par la Lloyds Bank Corporate Markets plc (LBCM) de Londres, pour établir une succursale à New-York. 

LBCM, une banque étrangère au sens de l'International Banking Act  (IBA) de 1978 , a précisé la Fed, a demandé en vertu de l'article 7 de l'IBA, la possibilité d'ouvrir une succursale sous licence à NY. L'IBA prévoit qu'une banque étrangère doit obtenir une autorisation du Conseil de la Fed pour s'installer aux Etats-Unis. Un avis de la demande, donnant aux personnes intéressées la possibilité de commenter a été publiée dans le New-York Times. Le moment de soumettre des commentaires ayant expiré, la Fed a signalé qu'elle avait pris en compte tous les commentaires reçus

LBCM est une filiale de Llyods Banking Group (LBG).  Les actifs de LBG représentent  1,1 billion de dollars , soit le troisième plus grand groupe bancaire au Royaume-Uni. Il fournit des services bancaires aux particuliers, aux entreprises et en banque d'investissements. 

Télécharger le document

Lien de secours

Mots-clés : Marché, Banque

Mer. 11 juil. 2018 - La Fed allège les contraintes prudentielles et de déclaration des petites banques de moins de 100 milliards d'actifs consolidés

Partagez
Noter cette article :

Conformément à la loi sur la croissance économique, l’allègement de réglementation et la protection des consommateurs ( Economic Growth, Regulatory Relief, and Consumer Protection Act- EGRRCPA) , la Réserve fédérale (Fed) vient de publier une déclaration décrivant comment elle ne soumettra plus les organisations bancaires plus petites et moins complexes à certains de ses règlements, notamment ceux relatifs aux tests de résistance et à la  liquidité.

Rappelons que lors de sa promulgation, EGRRCPA  a porté le seuil des normes prudentielles renforcées de Dodd-Frank de 50 milliards de $ à 100 milliards en actifs consolidés totaux pour les sociétés de portefeuille bancaires. Ce changement n'exigeait pas que les mesures prises par la Commission aient un effet immédiat, mais affecté plusieurs règlements de la Commission; en conséquence, certains règlements sont incompatibles avec la nouvelle loi. 

Le Conseil de la Fed a donc décidé de ne pas prendre de mesures pour imposer certaines règles et exigences de déclaration aux sociétés dont l'actif consolidé total est inférieur à 100 milliards de $, notamment les règles d’application des normes prudentielles améliorées et le ratio de couverture. 

 

Télécharger le document

Lun. 09 juil. 2018 - La SEC inculpe deux personnes pour ventes illégales d'actions d'une société liée à la blockchain

Partagez
Noter cette article :

La Securities and Exchange Commission (SEC) a inculpé deux individus  pour avoir profité des ventes illégales d'actions d'une société ayant  une activité liée à la blockchain.

Selon la plainte de la SEC, un avocat et le directeur des affaires commerciales de son cabinet ont gagné environ 1,4 million de $ en vendant des actions d'UBI Blockchain internet ltd sur une période de 10 jours du 26 décembre 2017 au 5 janvier 2018. la SEC précise qu'elle a suspendu les transactions sur ces actions en début d'année en raison du doute qu'elle avait au vue des assertions des documents déposés auprès de la SEC et de l'activité inhabituelle et inexpliquée du marché. 

Les deux inculpés, précise la SEC, ont reçu 72000 actions restreintes d'UBI Blockchain en octobre 2017 avce l'autorissation de vendre les actions à un prix fixe de 3,70 $ par action aux termes de la déclaration d'enregistrement. Au lieu de celà, relève l'autorité de surveillance, ils ont illégallement vendu les actions à des prix du marché beaucoup plus élevé lors que les actions d'UBI Blockchain ont connu une flambée des prix inhabituelle.

Télécharger le document

Lien de secours

Ven. 06 juil. 2018 - La SEC condamne le Crédit Suisse à une amende de 30 millions de $ pour corruption de hauts responsables dans la zone Asie Pacifique en embauchant leurs proches

Partagez
Noter cette article :

La Securities and Exchange (SEC)  Commission  vient d'annoncer que le groupe Crédit Suisse AG devra verser environ 30 millions de $ pour répondre aux accusations de la SEC concernant ses activités de banque d'investissement dans la région Asie-Pacifique liées à des corruptions de fonctionnaires en violation de la loi FCPA (Foreign Corrupt Practices Act). Le Crédit Suisse a également accepté de payer une amende de 47 millions de $ au ministère de la Justice des Etats-Unis.

Selon la SEC, des hauts responsables du Crédit Suisse dans la région Asie-Pacifique ont cherché à gagner des marchés en embauchant et en promouvant des personnes liées à des hauts fonctionnaires dans le cadre d'un arrangement de contrepartie. Ainsi, note la SEC, le Crédit Suisse a embauché ou proposé d'embaucher plus de 100 personnes liées à des personnalités proches de milieux de gouvernementaux étrangers. 

La SEC estime donc que le Crédit Suisse a enfreint ses dispositions de l'article de 1934 sur les contrôles internes et comptables. Crédit Suisse a donc accepté de payer 24,9 millions de $, plus 4,8 millions de dépens  pour régler le dossier  SEC. 

 
 

 

Télécharger le document

Lien de secours

Mar. 03 juil. 2018 - La SEC inculpe le goupe KBR pour de mauvaises informations sur ses comptes

Partagez
Noter cette article :

La Securities and Exchange Commission (SEC) a inculpé la société d’ingénierie et de construction mondiale KBR Inc, pour avoir  gonflé une mesure de performance clé, non financière, connue sou le nom de "work in backlog". KBR, dans ce contexte, a accepté de payer une pénalité de 2,5 millions de $ pour régler les frais de la SEC.

Selon la SEC, les informations de KBR sur son travail en "backlog" étaient importantes pour les investisseurs car cette mesure était censée représenter le montant des revenus que  KBR s'attendait à recevoir à l'avenir et correspondaient à  des commandes fermes dans le cadre de contrats déjà réalisés.

Or, note la SEC, au deuxième trimestre 2012, KBR avait indûment inclus 459 millions de $ dans son carnet de commandes pour un contrat de fabrication de tuyaux et d'assemblage modulaire au Canada, alors que ce contrat ne garantissait pas la réalisation de la totalité du contrat. 

La SEC, par ailleurs, a également estimé que KBR avait des contrôles comptables internes déficients et qu'elle n'avait pas réussi à faire des estimations précises et fiables des coûts liés à sept contrats canadiens, ce qui a conduit l'entreprise a surestimé son bénéfice net.  

 

Télécharger le document

Lien de secours

Lun. 02 juil. 2018 - La Fed a fixé son évaluation annuelle du passif global consolidé qui réglemente les prises de contrôle dans le secteur financier

Partagez
Noter cette article :

La Réserve fédérale (Fed)  vient de publier son évaluation annuelle du passif global consolidé des sociétés financières, comme l'exige l'article 622 de la loi Dodd Frank. Cette dernière interdit à une société financière de prendre le contrôle, ou de fusionner avec une autre société financière si le passif de la nouvelle entité dépasse 10% des passifs consolidés de toutes les sociétés financières.

Cette disposition  évalue les passifs consolidés à 20 283 121 945 000  $. Ce chiffre qui correspond donc à la moyenne des passifs financiers du secteur financier des deux années précédentes, servira de mesure du passif consolidé de l'article 622, du 1er juillet 2018 au 30 juin 2019.

Les sociétés financières assujetties à cette limite, rappelle la Fed, sont les institutions  d'assurance des dépôts, les société de portefeuilles bancaires, les sociétés de portefeuilles d'épargne et de crédit, les banques étrangères, les sociétés contrôlant des sociétés d'assurance dépôts et les sociétés financières non bancaires désignées par le Conseil de surveillance de la stabilité financière.  

 

Télécharger le document

Lien de secours

Jeu. 28 juin 2018 - La SEC renforce les exigences sur le contrôle des liquidités des fonds à capital variable

Partagez
Noter cette article :

La Securities and Exchange Commission (SEC) vient d'adopter des amendements aux obligations d'information en matière de liquidité pour certains fonds à capital variable. En vertu de ces modifications, précise la SEC, les fonds commenteraient dans leur rapport annuel ou semestriel pour les actionnaires du fonctionnement et de l'efficacité de leurs programmes de gestion du risque de liquidité. 

Cette nouvelle exigence remplace une exigence en suspens selon laquelle les fonds fournissent publiquement un aperçu quantitatif de fin de période des données historiques de classification de la liquidité globale de leurs, portefeuilles sur le formulaire N-PORT.

La SEC rappelle qu'elle a adopté la règle de liquidité des  fonds à capital variable en octobre 2016 afin de promouvoir des programmes efficaces de gestion du risque de liquidité pour ce secteur. La gestion du risque de liquidité, souligne la SEC, est importante pour la capacité des fonds à respecter   leurs obligations légales, et les attentes de leurs investisseurs, en termes de remboursement de leurs actions. 

Depuis l'adoption de la règle de 2016 la SEC a entrepris une vaste campagne de sensibilisation pour identifier les problèmes potentiels associés à sa mise en oeuvre efficace.  

Télécharger le document

Lien de secours

Ven. 22 juin 2018 - La Fed publie son dernier rapport sur les stress tests

Partagez
Noter cette article :

Les plus grandes holdings bancaires des Etats-Unis sont fortement capitalisées et pourraient prêter aux ménages et aux entreprises lors d'une grave récession mondiale, selon les résultats des stress tests de surveillance que vient de publier la Réserve fédérale.

Le scénario le plus hypothétique de la Fed, prévoit des pertes totales de 578 milliards de $ pour les 35 sociétés de portefeuille bancaires analysées au cours des neuf mois testés. Le scénario "sévèrement défavorable", soit le plus rigoureux des tests de résistance, est caractérisé par une grave récession mondiale, le taux de chômage US augmentant de six points pour atteindre 10% , accompagnée par un fort redressement de la courbe de rendement des bons du Trésor. 

Dans ce scénario, le ratio de fonds propres de base de catégorie 1 pour les actions ordinaires, qui compare les actifs de grande qualité aux actifs pondérées en fonction des  risques, passerait d''un niveau réel de 12,3% au quatrième trimestre de 2017 à un minimum de 7,9%.  Depuis 2009, note la Fed, les 35 entreprises ont ajouté environ 800 milliards de $ en capital actions ordinaires. Cette dernière explique que les niveaux de capital des entreprises après l'hypothétique récession mondiale restent  plus élevés que les  niveaux de capital réels des grandes banques dans les années précédant la dernière récession.

Plusieurs facteurs, poursuit la Fed, ont affecté les ratios de capital après le test de 2017. Les soldes de cartes de crédit sont généralement plus élevés, produisant des pertes accrues, totalisant 113 milliards de $ cette année. De plus, note l'institution fédérale, les récentes modifications apportées au code des impôts ont affecté les entreprises, même si de manière inégale; certaines ayant subies des baisses immédiates et ponctuelles de leurs ratios de capital de départ en raison de certaines conséquences comptables des changements fiscaux.  certains d'entre eux ont éliminé des mesures fiscales qui avaient tendance à augmenter le revenu après impôt en période de crise. 

Cette série de stress tests est la  huitième série menée par la Fed depuis 2009 dans le cadre de la loi Dodd-Frank. les 35 entreprises testées cette année  représentent environ 80% de des actifs de toutes les banques opérant aux  Etats-Unis.

Télécharger le document

Lien de secours

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :