L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

Date de publication: 8 juil. 2019
Auteur: DB
Noter cette article :

Ce plan social, annoncé le dimanche 7 juillet, réduira de 20 % les effectifs de la première banque allemande, qui seront ramenés à 74 000 salariés en 2022. Il s’agit de la plus importante réduction d’effectifs au sein d’une grande banque depuis 2011, année où HSBC avait annoncé environ 30 000 départs. Deutsche Bank comptait encore plus de 100 000 salariés il y a quatre ans.

En mai 2018, 7 000 suppressions de postes avaient déjà été effectuées. Si la banque n’a pas précisé où ces milliers de suppressions d’emplois supplémentaires auront lieu, son directoire a cependant acté, une forte réduction de la branche d’investissement, ainsi que l’abandon complet des activités de trading d’actions, qui se concentrent principalement à New York et à Londres. A terme, Deutsche Bank sera donc recentrée sur l’Europe et l’Allemagne se repositionnera désormais sur son cœur de métier historique : le financement des entreprises et la banque de dépôt.

Outre la banque d’investissement, les coupes devraient concerner également les activités transversales – direction financière, audit, ressources humaines –, notamment au siège. Deutsche Bank avait déjà annoncé, quelque 1 500 départs dans le cadre de l’intégration de Postbank, qu’elle avait rachetée en 2010 et renoncé à revendre en 2017.

La banque allemande a par ailleurs indiqué que le coût de cette opération de sauvetage engendrera une perte de 2,8 milliards d’euros au deuxième trimestre de cette année, après un bénéfice net de 201 millions d’euros au premier trimestre. Deutsche Bank replongera donc dans le rouge en 2019 après avoir enregistré, l’an dernier, un bénéfice de 341 millions d’euros, son premier résultat positif depuis 2014.  La banque a également précisé qu’elle ne versera aucun dividende en 2019 et en 2020.

Enfin, pour nettoyer son bilan, Deutsche Bank a aussi annoncé la création d’une « bad bank », une structure de défaisance où elle isolera 74 milliards d’euros d’actifs toxiques – en particulier des produits dérivés très spéculatifs.

Télécharger le document

Lien de secours